De Dieppe à Etretat … #Fécamp

 

Si tu as le temps, prend  les chemins de traverse et perd-toi !

Je ne sais plus dans quelle émission j’écoutais sur Inter il y a quelques jours, quelqu’un disait que les RoadTrip/ RoadMovies n’existaient plus, n’avaient plus de sens de nos jours, notamment à cause du développement des transports, aériens surtout, qui nous permettent d’aller à un bout de la planète ou de l’autre côté de la France en quelques heures … j’ai peut être fait des raccourcis … bon quoiqu’il en soit, je n’étais pas en osmose avec le discours ! En même temps, on s’en fiche un peu … tu n’es pas d’accord ? Ce monsieur a le droit de penser ça aussi, ça ne changera pas le monde !!!

Prendre la route – à pied, à vélo, en bagnole … – permet encore d’envisager les territoires traversés, les gens rencontrés … et surtout d’apprécier d’arriver parce que finalement, si elle est longue, tu savoures cet instant, le passage du panneau de la ville rêvée, les premières maisons, un centre ancien. C’est entre autre pour ça que j’adore me déplacer en voiture !

On a quitté Dieppe par la petite route qui longe le littoral, assez étroite mais pas gorgée non plus de touristes, avec, sur notre droite, la mer pour compagne de voyage … Une petite halte à Varengeville et son cimetière marin, sa jolie petite église et les vitraux de Georges Braque … un petit banc face à la mer et une pensée pour une douce amie … Des routes qui serpentent dans la verdure, au milieu d’arbres centenaires et de jardins amoureusement entretenus … et la présence de ces falaises que l’on aperçoit de temps en temps, selon l’angle que prend le chemin.

Et puis Fécamp sous un ciel et soleil éclatants … qu’il est bon de se sentir ailleurs !!!

A très bientôt !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

De Dieppe à Etretat … #dieppe !

 

Combo d’ocres et de bleus !

Je te parlais de la lumière, des lumières, des ciels changeants ici, je crois que c’est un des lieux qui m’a le plus fascinée de ce point de vue-là lors de notre échappée en Normandie ! De toutes façons, tu sais pertinemment que tu n’es pas venue ici pour te dorer la pilule et te baigner dans une eau à 39 … Mais plutôt pour saisir une chose qui t’échappe, d’où la difficulté à te décrire l’émotion de voir le soleil jouer avec les nuages, ses rayons filtrer de mille façons et atteindre la mer pour lui donner des airs doux … ou menaçants !

Et voilà qu’en quelques instants, tu comprends, d’un coup d’un seul, la fascination des impressionnistes qui sont venus ici parcourir ces paysages à la recherche de l’insaisissable (petite note à tous mes profs d’Histoire de l’Art : sortez des amphis et embarquez vos étudiants là où tout se comprend !!!) : oublie les livres et viens te gorger de ces sensations lors de tes prochaines vacances !!!!

A très vite …

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Retour à l’Atelier !

Petit concentré …

Quelques centaines de kilomètres, douze étapes, de la douceur, quelques gouttes de pluie, des ciels changeants, la nature, la ville, la mer, une lumière, des lumières, des jardins, un cimetière marin, des falaises, la Grande Histoire, des petites histoires, trois romans, ma famille, mon petit Chiquito, cinq jolis imprimés, des amis hors-pairs, deux jolies cuillères en bois, une super expo, des cartes routières, des lieux légendaires, du StreetArt, les quais de Seine en fin de journée, des cabanes de plage, des coups de cœur, plein … je t’en parle dans mes prochains billets !

A très vite …

Enregistrer

Enregistrer

Piccoli Momenti a Burano #2 !

Ne regarde pas ton calendrier, je vis hors du temps en ce moment !

Je te parlais de Burano ici

C’est un programme tv qui me pousse à venir t’écrire quelques lignes ce soir avant qu’un reportage sur Arte ne commence … à 20h50, un documentaire sur le Ghetto de Venise, je ne l’ai pas vu (le reportage !) mais je pense qu’il doit être riche d’enseignements : j’ai été subjuguée par tant de choses dans cette ville dont j’étais gonflée d’apriori ! Le Ghetto a suscité en nous plein plein de questions (comme d’autres petits coins aussi et dont je te reparlerai bientôt), je pense trouver quelques réponses dans le programme de ce soir qui sera, sans aucun doute, retransmis en replay si tu n’as pas l’occasion de te poser dans ton canapé – et tu aurais bien raison de profiter du grand air et d’une belle et douce soirée  !

Un petit coin de Venise délaissé par les touristes, une histoire de plusieurs siècles, premier ghetto de la Grande Histoire, de quoi se nourrir du passé comme je l’aime …

« Le destin, marqué par les drames et la répression, mais aussi le brassage culturel, de la communauté juive de Venise, qui fut reléguée dans le premier ghetto de l’histoire.

Destination prisée des touristes et des amoureux du monde entier, Venise recèle un passé méconnu, moins romantique mais d’autant plus fascinant : l’histoire de sa communauté juive. En mars 1516, la République de Venise décide de tolérer en ses murs les juifs, qui ont longtemps été exclus de la ville. Ils sont alors relégués dans un quartier où ils vivent à l’écart du reste de la population. C’est au bord de la lagune, dans l’actuel quartier de Cannaregio, que se développe le premier ghetto de l’histoire, que les habitants ont interdiction de quitter la nuit venue. Puisant ses racines dans une fonderie (getto en vénitien) qui occupait les lieux autrefois, le mot « ghetto » va dès lors s’imposer comme un synonyme de résidence forcée, mais également d’exclusion et de persécution.

Cinq siècles d’échanges.

Pour autant, l’histoire du ghetto de Venise ne se résume pas à la relégation des juifs. Devenu aujourd’hui un quartier résidentiel apprécié pour sa qualité de vie, il reflète cinq siècles d’échanges entre ses habitants marchands et le monde extérieur. Il témoigne aussi d’une immigration importante qui en a fait un lieu cosmopolite et vivant. Si les Juifs vénitiens se sont installés aux quatre coins de la ville depuis le démantèlement du ghetto par Napoléon, qui leur octroya le statut de citoyens à part entière, le Cannaregio demeure au cœur de l’identité religieuse de toute une communauté.

A très bientôt …

Enregistrer

Enregistrer

Piccoli Momenti a Burano #part1 !

Quelques jours de break, une envie de se sentir ailleurs sans pour autant aller à l’autre bout du monde, le peufpeufpeuf d’un vaporetto, des maisons de pêcheurs, des couleurs invraisemblables, une assiette de pâtes simplissimes mais qui fait chanter les papilles, un verre de Prosecco quand le soir tombe, une île désertée une fois que tous les touristes sont tous rentrés sur Venise, le brouillard du petit matin avant le grand ciel bleu, des petits dèjs sur une terrasse aux sons des îliens qui commencent leur journée, un petit « airbnb » original et cosy à souhait, une douce et pétillante lecture, une station essence pour bateau, du linge qui sèche aux fenêtres, un petit shooting photo pour se dire que c’était bien vrai …

et une pensée pour toi ma Zaza, merci pour TOUT …

A très vite !

Enregistrer

Enregistrer

Un petit break à Noirmoutier …

 

Si tu as quelques minutes dans les jours qui arrivent et que la route te mène dans ces coins-là …

Tu pourras apprécier … ce beau ciel bleu parsemé de nuages bourgeonnants, l’air marin, une bonne glace pour te persuader que les beaux jours sont là, ça y est, la route qui défile au milieu des champs tous verts, le vent qui te permet d’avoir ce joli ciel clair et qui fait grincer les branches, ces petites cabanes qui courent tout le long de la plage du Bois de la Chaize, la petite librairie « Trait D’union » et sa jolie devanture, les poissons colorés de la vitrine de « Quai Bohème » * qui se baignent au milieu des nuages, les pêcheries, le passage du Gois pour revenir sur terre …

Quai Bohème … ça ouvre officiellement demain, le 8 Avril !

« Lieu de vie, bohème et follement créatif ! La décoration de ce spot au charme singulier est un work in Progress permanent, entre jolies trouvailles, bar à plantes, luminaires et réalisations DIY … Espace lumineux donnant sur le port de Noirmoutier. »

Voilà, j’ai fait le tour de mes petits souvenirs, j’en profite pour embrasser mes deux Copines Isa et Sol’ … quels doux moments à vos côtés les filles !

A très vite …

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Un petit weekend au Cap Ferret …

Demain il pleut … ou alors grand soleil sur toute la France !!!

Je prends enfin quelques minutes pour venir te parler de ce qui bouillonne en moi quand j’arrive sur ce petit bout de terre, en sachant que les plus jolis endroits sont toujours souvent ceux que tu découvres en te perdant : le voyage est pour moi toujours envisagé sous cet angle … tant qu’il y a de l’essence dans le réservoir, j’aime tourner à gauche même si le GPS m’indique de continuer tout droit; si l’intuition ou une bribe de souvenir surgit et me supplie de mettre le clignotant, je change de cap les yeux fermés !

Je t’en parlais déjà ici et

Voici quelques adresses si le cœur t’en dit, rien d’exhaustif bien évidemment; et si comme moi, tu aimes te perdre et que tu as la chance de découvrir de petites pépites, je prends avec plaisir tes bons plans pour la prochaine fois …

Hors saison, si tu as envie de te sentir seul-seule au monde, c’est là-bas que tu dois te rendre (1.) ! Suis la route forestière du Grand Crohot à partir de Lège (2.), si tu souhaites manger un bout là-bas, emmène ton picnic, dans le cœur de l’hiver, il n’y a personne !!! L’Océan est impressionnant une fois que tu as traversé les dunes, spectacle son et lumière gratos du lever au coucher du soleil …

Passe par Arès pour rejoindre Andernos (3.), nous n’y sommes allés qu’en été, je ne sais pas trop ce qui est ouvert ou pas en basse saison mais une promenade sur la jetée au soleil couchant après avoir mangé une bonne glace artisanale frise le bien-être total !

Tu peux rejoindre Arcachon (12) en passant par Gujan Mestras (14.) et la Teste de Buch (13.) pour faire un tour en Catamaran avec la compagnie du Vent d’Arguin pour un moment inoubliable … Nous avons pris la mer sur le TipTopOne et en parlons encore aujourd’hui ! Le bateau, au départ de la jetée Thiers, fait le tour du bassin jusqu’à la Dune du Pilat (15.) et le Banc d’Arguin pour remonter vers le bassin en longeant les côtes de la Presqu’île du Cap Ferret en contournant l’île aux Oiseaux (6.) par le Nord : c’est géant ! Petit rhum et musique des Caraïbes au large des Cabanes Tchanquées au soleil couchant, tu commences à comprendre pourquoi je suis sous le charme ??!!!

Tu savoures bien et puis …

Et là, je t’invite à reprendre ta voiture et à faire machine arrière : direction la presqu’île ! (à moins que tu veuilles prendre un bateau-navette depuis Arcachon)

Une fois à Lège, tu files plein sud vers Petit Piquey (5.) : soit tu pars à pied, soit tu loues un vélo et c’est là que tu peux te perdre !!! Depuis Petit Piquey jusqu’au village de l’herbe (8.), en longeant la côte côté bassin, découvre de petits endroits magiques et laisse-toi porter par l’air ambiant …

Si tu rentres dans les terres, pas mal de petites boutiques décos fort sympathiques (au Canon 7.) mais tu réalises que tu ne peux rien rapporter parce que seuls tes pieds ou ton vélo t’accompagnent !

Tu peux encore descendre jusqu’à Cap Ferret pour refaire un brin de causette avec l’Océan …

Pour dormir, je t’invite à l’Hôtel du Cap (10.)! Pour y être allée au cœur de l’hiver, ambiance feutrée et feu dans la cheminée, très peu de monde, petite parenthèse apéro avec des gens du coin sous l’invitation de Jacek, le gérant des lieux. Adorable !

Repas à L’Escale (11.), sur le débarcadère de Bélisaire pour un steak d’espadon à la plancha délicieux … toute la carte fait envie après une journée au grand air ! Et quel accueil, je recommande fortement.

Petit déjeuner très agréable en compagnie de Sonia aux petits soins, qui m’a communiqué sans réticence quelques bonnes adresses que je n’ai pas encore eu le temps de tester, mais c’est quelqu’un du coin, tu peux, je pense, y aller les yeux fermés : le Bouchon du Ferret, La Maison du Bassin, L’Atelier, Emile et une Huître

Voilà voilà, si tu te balades dans le coin et que ton cœur s’emballe aussi pour une jolie découverte, tu viens la partager ici ?!

A très vite …

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Remède à la mélancolie de l’hiver …

Quelques centaines de kilomètres, un thermos de thé bien chaud, deux ou trois escales sur des aires de repos désertées par les touristes … et au bout de la route, tu sais, derrière ces immenses forêts de pins maritimes …

Le soleil a même attendu que j’arrive pour aller se coucher, il a joué à cache-cache à travers les troncs effilés qui chatouillent le ciel, me rendant encore plus impatiente d’arriver après ces longues heures de route. Soir de fête sur les dunes avec des couleurs qui remplissent le cœur et la tête d’un délice sans nom et le fracas des vagues qui viennent s’échouer sur le sable glacé ! Moment de félicité …

J’aime l’océan en hiver comme en été, comme au printemps et à l’automne d’ailleurs, l’odeur du sel et des algues, les combos du ciel changeant chaque minute, le vent glacé qui pique parce que tu sais que ce n’est pas là que tu vas passer la nuit, le bonsoir des gens – peu nombreux – qui ont fini leur balade et le sourire de ceux – toujours aussi peu nombreux – qui arrivent; les pieds qui s’enfoncent dans le sable après le chemin dallé de bois, les chiens, au loin, qui sortent de l’eau en s’ébouriffant pour ramener le bâton à leur maitre, les blockhaus qui s’enfoncent irrémédiablement dans le sable mais dont la couleur du béton a été remplacée par les graffitis d’un street’artiste de passage, l’air qui rentre dans les poumons et ce semblant de courant électrique qui te parcourt des pieds à la tête parce que ce moment-là, tu l’attendais depuis le matin que tu as pris la route, voir même la veille au moment de te glisser sous la couette en te disant que ça y est … c’est demain !

Quelques images de cette parenthèse … et même si je suis de nouveau à l’atelier, que ces moments magiques sont derrière moi, j’ai le cœur rempli d’une si belle énergie que le ciel gris n’aura aucune prise sur moi !!!

Je réfléchis à un autre petit billet à rédiger dans la semaine pour partager quelques bons plans avec vous … Même si je n’ai pas eu le temps de tout faire, j’ai rencontré des personnes du coin qui ont partagé avec moi quelques bonnes adresses, je sais que certains par ici ou sur Insta seront preneurs !

Et puis … je vous souhaite aussi une très belle et douce année, Janvier tire bientôt sa révérence et je n’ai pas encore pris le temps de venir vous envoyer mes pensées les plus positives pour ces onze mois qui arrivent : qu’ils vous soient le plus légers possible, ces périodes quelque peu troublées ne doivent pas mettre à mal vos envies et vos rêves les plus fous !

A très bientôt …

Enregistrer

Enregistrer

Succulents Cactus #paris3ème !

 

Lors de mes petites escapades parisiennes, j’essaye à chaque fois de découvrir de chouettes nouvelles adresses pour mon cerveau, pour l’inspiration, pour me nourrir … et si par la même occasion ça me permet de rencontrer des gens sympas, je dis « Vive les cartons pleins !!! ».

La semaine dernière, c’est dans le 3ème arrondissement que j’ai trouvé mon bonheur … au 111 rue de Turenne, tout en haut en haut de la rue Vieille du Temple, quand tu chemines depuis le Marais.

« Succulent Cactus » ou la Boutique de rêve pour les jardiniers aux mains vertes du dimanche comme moi !

Un régal pour les yeux – l’agencement de l’espace est juste wahouuu … – et pour les oreilles : j’ai passé un long moment avec la propriétaire des lieux qui dispense sans compter les bons conseils tout en continuant ses étiquetages, ses rempotages, ses arrangements. Et puis alors, je ne te dis pas les yeux : un désert minuscule en plein Paris avec ces centaines de plantes dans leur petit pot, des minus, des maouss-costaudes, y’en a pour tous les goûts et tous les porte-monnaie !

21

a

b

c

d

e

f

g

19

Vas y faire un tour, ça fait du bien au moral et dans le quartier, y’a plein d’autres petites boutiques sympas à découvrir, d’ailleurs, je te reparle de l’une d’entre elles très vite, à deux pas d’ici !

A tout bientôt …

 

Enregistrer

Enregistrer

Flow Petits Plaisirs, c’était en Novembre …

 

et je me suis laissée avaler par le temps et les projets !

Quelques bribes de couleurs pour ce mois tout gris, comme quoi, il suffit d’un rien pour oublier ce qui pourrait habituellement nous donner envie de rester sous la couette …

2

bougie

bouquet-dautomne

gris

orange

pomme

jaune

Citrouille, gris, bougie, orange, champignon, chaussettes, jaune, pomme …

Je tiendrai peut être plus la route la prochaine fois ! En attendant, je file chez mon marchand de journaux, le nouveau Flow est dans les bacs !!!

A bientôt !

Enregistrer

Enregistrer